churros et claxons

Je me suis arrêté là, pour (petit-)déjeuner les churros avec un bon café; une terrasse entourée du bruit de la circulation et des habituels coups de claxon. J’ai profité d’un point de vue que je trouvais agréable pour composer ces quelques photos avec mon téléphone portable, car bon vieux et fidèle M3 n’est jamais chargé avec de la pellicule couleur. 

Calle Explanada de la Estación, Málaga 2017


Calle Explanada de la Estación, Málaga 2017


Calle Explanada de la Estación, Málaga 2017

un coin de sable

La grisaille, le froid, la neige. Je suis né dans ce pays que j’aime de plus en plus fuir l’hiver. Ca y est, je suis déjà parti…

Fuengirola | Espagne | 2017

Un après-midi ensoleillé, un bon repas dans un chiringuito et quelques rêves d’évasion. Pourtant, cet hiver je ne suis pas venu ici pour flâner, mais parfois le farniente s’impose de lui-même, naturellement. C’est malgré tout les vacances. Mes vacances. De toute façon ici le rythme de vie est différent. Plus « rond » que chez moi. Je vais en profiter un peu pour me laisser vivre et capturer des choses qui me font du bien. À la tête, à l’esprit. 

Fuengirola | Espagne | 2017

1er janvier 2017

ber160506_lm3_tx400_0002

L’année que je viens de caser dans le tiroir des souvenirs étiqueté « bof » laisse la place à millésime finissant par mon chiffre préféré. Emporté par l’espoir et une certaine dose de superstition, je veux bien croire que cette année sera meilleure que celle qui est derrière nous.

Égoïstement je ne fais pas des photos pour qu’elles te plaisent, car la loi des goûts et des couleurs aurait vite fait de me décourager et de me faire passer à autre chose. J’essaie juste de capturer quelques instants de vies au plus près de mes critères d’honnêteté vis-à-vis du sujet et de ma vision « artistique ». Parfois, j’y réussi je pense. Tes messages postés ici et là durant l’année écoulée ont en tout cas remplis mon cœur si ce n’est encouragés.

Je ne pouvais pas clore ce billet sans encrer (ni ancrer d’ailleurs) ma sincère gratitude à tous ces photographes (hommes et femmes) qui m’inspirent jours après jours, années après années, et dont je ne veux pas lister leur nom par peur d’en oublier. Celles et ceux qui me connaissent savent de qui je veux parler.

Bonne année à tous.

 

Semaine Sainte Málaga

Malaga | Espagne | 2016

Môme, je n’ai jamais eu l’occasion de me trouver là au moment de la célébration religieuse la plus importante d’Espagne.  Le temps a passé et la photographie m’a rappelé aux souvenirs restant à faire.

Malaga | Espagne | 2016

Et je les ai vu arriver, en famille, seuls, en groupes d’amis, par centaines, milliers, pour voir les images saintes, ressentir l’émotion d’un moment Chrétien.

Malaga | Espagne | 2016

Mais avant cela, la nuit tombée, j’ai pu apprécier el traslado; le transfert des trônes vers les  Confréries (Hermandades ou Cofradias), point de départ des processions.

Malaga | Espagne | 2016

Puis il y avait aussi de long moments d’attentes, me laissant un peu de recul pour m’imprégner de cet événement.

Malaga | Espagne | 2016

Même si les trônes m’ont beaucoup impressionnés par leurs stature et part de mystère, accentuée par une progression lente et cadencée, mon regard c’est souvent posé sur les fidèles, porteurs ou accompagnants, pour lesquels j’ai eu une sincère admiration. Une motivation sans faille à parcourir des heures durant les rues de la ville.

Semana Santa

Chrétien mais, je dois l’avouer, peu sensible à ce qui touche à la religion en général, je ne cache pas que parfois j’ai vibré.  En particulier lorsque la procession s’arrête et la foule se tait pour écouter une Saeta, ce chant religieux qui rythme la procession.

Malaga | Espagne | 2016

Et j’ai aussi découvert des mômes qui, année après année, récoltaient les moco tombés des bougies.

Malaga | Espagne | 2016

Puis, au rythme des trompettes et tambours, les enfants nous rappelaient que la Semaine Sainte est aussi pour eux.

Malaga | Espagne | 2016

Mais parfois la poésie est bousculée par le mercantilisme. Il faut étancher sa faim et sa soif, son besoin de symboles ou d’objets d’amusement.

Malaga | Espagne | 2016

Voilà, je te laisse sur cette dernière image du Christ de la confrérie des gitans, dont la foule chantait haut et fort leur dévotion.

~~~//~~~

album complet de la Semana Santa de Málaga

le dormeur aux livres

Je tournais lentement les pages du livre de mon aventure photographique de cette belle journée d’automne. Elles ne me racontaient rien de bon, ni de mauvais d’ailleurs. Il régnait une certaine platitude, quand ce n’était pas de la mélancolie. Il manquait parfois du texte, tombé de l’arbre de mon imagination comme les vieilles feuilles de cette saison. Sur les pages plus attrayantes il n’y avait cependant aucune indication sur la chemin à suivre pour trouver du beau à capturer. Encore moins un mot d’encouragement.

le dormeur aux livres, 2016

le dormeur aux livres, 2016

Laissé tombé par les conseils parfois avisés de mon intuition, il ne me restait plus qu’à compter sur le hasard, mérité ou pas, que la vie voulait bien m’accorder. Et j’eu raison de croire en lui car, sous prétexte d’une vessie trop pleine, il me conduisit vers l’une de mes rares photos de rue prisent en intérieur. Et ce fut cette personne, très typée et assoupie par trop de lecture peut-être qui fit mon bonheur cette après-midi-là. Que c’est beau de s’endormir parmis l’un des objets les plus nobles que l’Homme aie inventé!

%d blogueurs aiment cette page :